Les Bigachamos remercient les bénévoles et donnent à Soli-Mali

On en parle sur le site  « Ouest-France » du 24 novembre,
dans la rubrique « Commune de MARTINET »
 
 

Quelques mois après leur festival La tête dans l'sable, les jeunes organisateurs de l'association locale Bigachamo sont encore euphoriques : 1 500 personnes sur le site des Ouches, ce 16 août 2014, du jamais vu dans la petite commune de Martinet.

Mais ce succès, les jeunes ne se l'attribuent pas à eux seuls, mais aux 90 bénévoles et 40 partenaires (sponsors) qui ont oeuvré pour accueillir cette dixième édition, avec le groupe musical phare, Sinsémilia.

Tour à tour, Julien, Constance, Aude, Tanguy, Sylvain, Pauline, Marine... chacun responsable d'une commission, ont remercié leurs bénévoles, « tous ceux qui ont donné du temps et de l'énergie, pour faire de cette manifestation une belle expérience humaine ». Car il s'agit bien, dans ce festival, de dimension humanitaire. « Allier musique et solidarité. » Et l'édition 2014 n'a pas failli à cet objectif. Témoins, Claudie et Thierry Mallard, de l'association Soli-Mali, qui ont été invités à participer à ce festival pour faire connaître leur association.

Un chèque de 250 € à Soli-Mali

80 bénévoles avaient répondu présent, samedi soir, pour revivre cette soirée du 16 août, à travers un petit film réalisé avec humour par Marine.

Ce fut aussi l'occasion pour Claudie et Thierry Mallard, de présenter une vidéo de leur association Soli-Mali et de ses actions. « Notre objectif est de participer à l'éducation et à la santé de jeunes Maliens... Soli-Mali a aidé à la construction de six classes au Mali et prend en charge les deux tiers du salaire des instituteurs », a expliqué, entre autres, Claudie, avant de remercier les jeunes de Bigachamo.

Ces derniers ont remis un chèque de 250 € à Soli-Mali, somme collectée au lancer de gobelets, lors du festival. Soli-Mali a aussi reçu des livres, généreusement donnés par le CDI (centre de documentation et d'information) du collège de Saint-Jacques-la-Forêt de La Mothe-Achard, et une oeuvre picturale réalisée collectivement par des festivaliers.

Les enfants de l'école ont également participé, en chanson et poésie « Prête-moi la terre, j'en ferai un pain chaud, à portée de la main et les enfants du monde n'auront plus faim ! »